Musique

Chronique d’albUm : House of sugar par (Sandy) Alex G

Conte d’effet.

Qui n’a jamais rêvé de tomber, un jour, sur une maison tout en pain d’épices et sucre ? Le célèbre conte de Grimm a forcément fait saliver chaque enfant, quand bien même aucun n’aurait souhaité se retrouver face à la terrible sorcière anthropophage.

Alex Giannascoli est désormais un adulte mais semble avoir été imprégné par la puissance de cette histoire qui plonge l’enfance dans la dure réalité de la vie. Avec House of sugar, le jeune stakhanoviste de la composition (déjà son neuvième album à seulement 26 ans) enfile le costume de conteur et nous invente une histoire selon une recette classique : des personnages multiples ("Gretel" bien sûr mais aussi un vilain avec "Bad man"), un évènement sinistre ("crime"), une aventure ("Walk away") qui emmènera le héro ou l’héroïne, remplit d’espoir ("Hope"), à travers des paysages magiques ("Southern sky") vers sa destinée ("SugarHouse").

Sur cet album, l’indie-folk d’Alex G se pare d’expérimentations sonores électroniques sans pour autant négliger l’impact d’une certaine sobriété à travers des ballades mélancoliques. Les effets dissonants sur les voix apportent une atmosphère tantôt étouffante, tantôt hypnotisante. Les morceaux instrumentaux, loin de n’être qu’un interlude, contribuent à instaurer une ambiance propice à la rêverie ; rêverie qui se voit interrompue lorsqu’une voix nous appelle au loin ("All i want is to be near you") et nous ramène sur Terre. Un album magique.