Musique

Chronique d’albUm : Suburbs of joy par El Señor

Le rock a beau avoir 70 ans (à une vache près) il a toujours de beaux restes. On pourrait tout à fait penser qu’on en a fait le tour mais continuellement des jeunes rockeurs se l’approprient et nous proposent leur version, avec dans leurs bagages l’héritage de leurs illustres prédécesseurs. C’est donc officiel, le rock est devenu une musique traditionnelle ! Les codes et les clichés sont là et libre à chacun de s’amuser avec, de les accentuer à outrance ou au contraire de les souligner subtilement.

El Señor, groupe originaire de Fafe au Portugal (localité près de Braga), officie dans un registre garage/surf/rock de bon aloi. L’aventure a débuté en 2017 avec l’EP Alvorada Beat montrant un rock sans prétention mais terriblement efficace. Après avoir jouer dans tout le pays, le trio portugais a parachevé l’année 2019 avec la sortie de leur premier album, Suburbs of joy.

"Laconic mutter" pose d’entrée les fondations de cet opus : des lignes de basse qui refusent d’être à l’arrière-plan accompagnées de guitares nerveuses et explosives. "Suburbs of Joy", "None of us have ever surfed before", "Sick and tired" feront sans conteste danser les foules dans les festivals comme les meilleurs tubes de Fidlar ou The Orwells. Mais ils savent également se faire plus romantique avec leurs titres "Boredom dishes", dont le chant n’est pas non sans nous rappeler un Lou Reed tout droit sorti de Coney Island, et "Dance on chance".

Qu’il soit garage ("This city", "Urgent matters") ou surf ("Self spinning"), le rock de El Señor embrasse les clichés pour nous emporter sur une vague d’énergie pleine de sincérité. "I feel alright" chantent-ils sur "Rubber speed" et nous aussi après l’écoute de ce Suburbs of joy !

Titres :
 Laconic mutter
 Suburbs of joy
 None of us have ever surfed before
 So weak, so what ?
 Sick and tired
 Boredom dishes (reminiscences evaluations)
 This city
 Self spinning #3
 Dance on chance (Sushi by the road)
 Rubber speed