Musique

Chronique d’albUm : Hugo par Loyle Carner

Hugo est le troisième album du rapper londonien Loyle Carner, et pour être tout à fait honnête, le premier que je découvre. Mais quelle claque ! Il y a tout ce que j’aime dans un hip-hop de qualité selon mes goûts : des instrus léchées, quelles soient originales ou tirées de sample intelligemment choisi tel celui de "Nobody knows" de Pastor TL Barrett sur "Nobody knows (Ladas road)". Produit par Kwes et la légende Madlib entre autres, cet opus ne pouvait pas bénéficier de meilleur terrain de jeu pour les textes de Loyle Carner, car c’est bien là l’autre élément primordial pour moi. L’élégance du "flow" de Carner est indéniable et repose sur des textes magnifiques, intelligents et profonds.

Hugo, en référence au lieu de naissance de sa grand-mère paternelle, nous raconte des histoires sur des beats jazzy mélancoliques. Devenu papa, Carner s’ouvre au monde en puisant dans ses souvenirs et son expérience. Preuve en est, "Blood on my Nikes" qui évoque un douloureux souvenir de Carner témoin d’un meurtre lorsqu’il avait à peine seize ans.

L’artiste pleure son père tout comme il pleure les personnes, les victimes d’injustices, de crimes, de racisme. Écrit pendant le confinement, il se questionne sur l’héritage qu’il laissera à son fils, sur son identité , lui même se considérant comme la moité de quelque chose en raison de son héritage mixte.

Bien que né en 1994 le jeune anglais a bien conscience des dérives de son époque tant d’un point de vue écologique que du narcissisme roi prôné par la société moderne et qu’il dénonce dans son titre "Plastic" :

"Yeah, like a plastic cup, plastic queen
Like a plastic man in a plastic house with a plastic dream
Clinging to a plastic screen, face lit from a plastic beam
Face hurts from a plastic smile, on plastic days, in plastic scenes
...
Matching your plastic shirt that you bought last week for your plastic team
You don’t know what the plastic means, don’t know where the plastic’s been
Don’t know who the plastic hurts, don’t know who the plastic’s seen
...
Ah, with your plastic friends, yeah, and your plastic chick
Yeah, you’re a plastic prick, look at all your plastic shit"

Et pour finir de vous convaincre, je vous enjoins de regarder Loyle Carner en live lors de son concert à la Gaité lyrique, début novembre et diffusé sur ARTE. Accompagné de musiciens, sa performance est aussi sincère que sublime. Un artiste, un vrai, un album, Hugo, qui intègre haut la main le panthéon des albums de l’année.

Loyle Carner - Hugo
EMI, Warp music - Sortie le 21 octobre 2022

Titres :
 Hate
 Nobody knows (Ladas road)
 Georgetown
 Speed of plight
 Homerton
 Blood on my Nikes
 Plastic
 A lasting place
 Polyfilla
 HGU

Chronique proposée par Steven Floc’h de l’émission TRANS VINYL EXPRESS.