Musique

Chronique d’albUm : Every bad par Porridge Radio

C’est acté depuis quelques années, les femmes prennent le pouvoir dans le rock. Les Courtney Barnett, Sharon Van Etten, Cate Le Bon et Adrianne Lenker (de Big Thief) ont repris le flambeau des pionnières (PJ Harvey, Courntey Love, Debbie Harry, etc... http://www.pixbear.com/news/62-rockeuses-qui-en-ont-dans-pantalon-74284.html) et hissent haut et fort l’étendard d’une musique longtemps l’apanage de la gente masculine et symbole de virilité. Et maintenant que les vannes sont ouvertes, il semblerait que nous ne sommes qu’au début d’un déferlement d’artistes ou de groupes menés par des femmes. Le groupe Porridge Radio de Brighton apporte avec brio de l’eau à mon moulin en cette année 2020.

Le quatuor est mené par la chanteuse, compositrice et guitariste Dan Margolin et est accompagnée par la bassiste Maddie Ryall, Georgie Stott aux claviers et Sam Yardley (seul mâle du combo) à la batterie. Ils qualifient leur musique de "slacker indie". Formé en 2015, le groupe sort son deuxième album Every Bad (le premier sur le label Secretly Canadian). Ce qui a débuté comme un projet personnel "lo-fi" a évolué en un post-punk écorché (“I’m, like, embarrassed to be alive.” dixit Dan) et incisif.

Tête pensante du groupe à l’aura d’artiste tourmentée (elle est également poète et s’adonne à la peinture - les illustrations de l’album sont d’elles) Dan Margolin s’appuie néanmoins sur ses comparses pour élaborer ses compositions. Tantôt nerveuses et oppressantes ("Sweet"), tantôt légères ("Give/Take") ou mélancoliques ("Nephews"), il se dégage une sensation d’être constamment sur une corde raide, avec le risque de basculer à tout moment d’un état d’esprit à un autre. "Everything is fine" nous rassure cependant Dan sur "Circling".

Une chose est sure, avec Every bad, Porridge Radio a tout bon.

Titres :
 Born confused
 Sweet
 Don’t ask me twice
 Long
 Nephews
 Pop song
 Give/Take
 Lilac
 Circling
 (Something)
 Homecoming song